CRS «épuisés» par le plan vigipirate: L’Intérieur propose une augmentation de deux euros

logos_vigipirate_3

Même pas de quoi mettre du beurre dans leurs épinards. Reçus au ministère de l’Intérieur lundi soir, les syndicats de police expriment leur mécontentement ce mardi matin. Selon le syndicat Unsa-Police, qui se revendique apolitique, le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur et les patrons de la police nationale ont proposé de revaloriser l’indemnité journalière d’absence temporaire (IJAT) des CRS de 30 à 32 euros, soit deux euros d’augmentation.

L’IJAT est une prime touchée en plus de leur solde par chaque CRS, quel que soit son grade, dès qu’il part en déplacement plus de douze heures. Elle n’avait pas été revue depuis plus de dix ans.

«Inadmissible et irrespectueux»

Les policiers étaient reçus à Beauvau après avoir alerté leur hiérarchie sur la recrudescence d’arrêts maladie au sein des compagnies, trois mois après les attaques terroristes qui ont frappé la capitale. Le niveau du plan Vigipirate avait été rehaussé, exigeant une mobilisation plus importante des CRS.

Pour calmer la grogne, les syndicats avaient engagé une discussion et exigé un plan pluriannuel de revalorisation. «C’est inadmissible et irrespectueux d’oser nous proposer deux euros», s’agace auprès de 20 Minutes Philippe Capon, secrétaire général d’Unsa-Police.

Au total, environ un millier de CRS sont employés chaque jour. Par ailleurs, 10.500 militaires protègent 830 «sites sensibles» en France dont 310 en Ile-de-France, principalement juifs depuis début janvier. Cette mission leur est confiée «au moins» jusqu’à cet été.

Qui fera redescendre le niveau du plan Vigipirate?

Pour les autorités, le plan Vigipirate tel qu’il est en place actuellement peut être maintenu. Si les CRS multiplient les arrêts maladie, Beauvau pourra faire appel aux militaires. Mais selon Philippe Capon, un «dossier technique» est déjà sur la table du ministre. «Certains points de surveillance peuvent être levés. Des études hiérarchisant les priorités en fonction des risques ont été réalisées. Ils savent qu’à tel ou tel endroit, ils peuvent retirer une patrouille», assure-t-il.

La décision est désormais politique. «Après avoir rehaussé le niveau de sécurité du plan Vigipirate, personne ne veut prendre la responsabilité de la redescendre», avance le syndicaliste qui en appelle à l’arbitrage du ministre de l’Intrieur. Bernard Cazeneuve en personne doit les recevoir jeudi matin.

SOURCE : 20 MINUTES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s