Patrick Pesnot, l’homme averti

« Un Etat palestinien existera-t-il, un jour ? ». Pour son dernier « Rendez-vous avec X », sur France Inter, Patrick Pesnot traite un sujet brûlant. Les auditeurs – 1 million200 fidèles à cette émission si singulière, samedi de 13h20 à 14h – regretteront la maïeutique géopolitique que Patrick Pesnot a su créer dans ce face-face avec Monsieur X.

Mais qui est donc Monsieur X ? Pour la première fois, il a été filmé sur France Inter, dans « L’Instant M »… Quant àPatrick Pesnot, qui est-il véritablement ? Rencontre avec le créateur et producteur de l’unique émission radiophonique capable d’entretenir le mystère depuis 18 ans.

A 71 ans, vous pouvez-vous enorgueillir de votre parcours de journaliste, d’écrivain, de scénariste. Dans quelle famille avez-vous grandi ?

Une famille de la petite bourgeoisie. Mon père avait une petite entreprise familiale dans le grillage et la ferronnerie. Il est mort quand j’avais 10 ans. Et tout s’est écroulé. Ma mère était dans une situation économique très difficile. J’ai quitté ma maman après le BAC. J’avais 16 ans et demi. Je suis allez faire mes étude secondaires à l’Ecole Normale d’Instituteur, àVersailles, parce que ca me permettait d’étudier gratuitement. Mais je n’ai enseigné que trois mois. Ensuite, j’ai trainé un peu à la Sorbonne, dans des études de Lettres. Je travaillais à mi-temps pour gagner ma vie dans une imprimerie où j’étais correcteur. J’ai passé le concours de l’école de journalisme. Comme c’était un temps béni et comme je suis sorti dans un très bon rang, le lendemain de ma sortie j’ai été engagé à RTL, que l’on appelait Radio Luxembourg en 1965. Tout au long de mon parcours, j’ai connu plein de coup de chances.

Depuis 18 ans, à la fin de chaque émission, Monsieur Xrisque sa petite hypothèse. Rarement démentie, dites-vous…

Oui, on a souvent tapé juste. On a traité de sujets qui ne l’étaient pas, ici, sur l’antenne, et qui émergent aujourd’hui. Par exemple, il y a deux ans ou trois ans, on a parlé du sort réservé aux Rohingyas musulmans en Birmanie, ces gens que l’on retrouve parmi les boat-people au large de la Birmanie, de la Thaïlande. Ce sont des musulmans qui sont persécutés, quelques fois massacrés, en pays bouddhiste. On a souvent précédé l’actualité. Et pour moi, c’est une source de fierté.

Comment avez-vous réussi ?

Il faut avoir quelques informateurs. Il faut savoir lire, écouter,rapprocher les informations, avoir l’imagination en éveil. Il fallait bien que j’aie de l’imagination pour trouver un sujet par semaine, pendant 18 ans ! J’ai une collaboratrice formidable(Rebecca Denantes, attachée de Production NDLR) à qui il est arrivé de me suggérer des sujets, car elle aussi est une lectrice impénitente. Et puis, je ne venais à la Maison de la Radio que tous les 15 jours. Le reste du temps, j’étais chez moi, je lisais. C’est ce qui a peut-être développé un désir de curiosité que ne peuvent plus avoir les journalistes qui ont le nez sur le guidon de l’info quotidienne. J’ai eu la chance de ne pas traiter l’actuou, si je la traitais, d’introduire une distance.

Nul besoin, donc, de recourir aux services d’un agent secret, d’un Monsieur X ?…

Ca aide !… Moi, j’essaie de me mettre dans le cerveau de l’auditeur pour tenter de comprendre ce qu’il veut savoir. Lesgens que je rencontre me disent que je suis un peu leur interprète. Ils sont contents qu’on puisse répondre aux questions qu’ils se posent.

Ce qui peut éviter de nourrir les théories du complot !

J’ai traité longuement les attentats du 11 septembre. J’ai toujours soutenu mordicus qu’il n’y avait pas de complot sioniste de la Cia, mais il n’en reste pas moins que certains détails, curieux, n’ont pas vraiment été éclaircis. Pourquoi,alors que l’espace aérien étasunien était totalement interdit, les Etats-Unis ont fait partir en toute urgence tous les diplomates saoudiens qui se trouvaient à Washington et à New-York ? Peut-être, savaient-ils, tout simplement, que les Saoudiens n’étaient pas blanc bleu ? Cela n’a jamais été expliqué. Dans une telle affaire, la moindre faille peut-être exploitée et donner lieu à des explications complètement démentes. Je suis anticomplotiste, mais j’essaie de souligner le coté obscure de la chose, quand il y en a.

Pourquoi vous focalisez-vous sur la question de la création d’un Etat palestinien ?

Ce n’est pas un hasard si j’ai voulu terminer là-dessus, car ça me semble une situation d’une grande injustice. Le courant messianique a pris une importance de plus en plus grande en Israël. C’est dramatique. Pour ces gens-là, la Bible est un acte notarié : Dieu nous a donné cette terre, c’est écrit dans la Bible. Terminé, il n’y a plus rien à voir. On en est là ! Sans la Shoah, Israël n’aurait jamais existé. C’est Hitler qui doit se marrer en se moment. Le bordel qu’il a foutu 70 ans après !

Une victoire d’Hitler post mortem…

Oui, si on regarde lucidement les choses, ca y ressemble.

Vous avez pris la décision d’arrêter l’émission parce que le rythme hebdomadaire finissait par vous peser. Cette année, vous avez publié « Les meilleurs d’entre nous », un polar politico-historique aux Editions Hugo & Cie et “Le grand livre des Espions” aux Editions Fayard. Vousconsacrez-vous désormais à l’écriture ?

Les Presses de la Cité m’ont commandé un livre sur les méchants dans l’histoire, du moins ceux qui ont gouverné. Je travaille également à un projet très ambitieux sur l’antisémitisme…

Nous dévoilerez-vous l’identité de Monsieur X, pour cette dernière émission ?

Si j’avais définitivement arrêté l’émission, oui ! Mais il est prévu que nous reprenions du service, durant l’été 2016. Alors, je ne peux rien vous dire. Si, tout de même, un indice ! Monsieur X apparait dans Les «tueurs fous du Brabant wallon». On le devine derrière une vitre sur laquelle la pluie ruisselle…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s