Quand les assureurs auront accès au contenu de votre frigo

Admiral, l’un des plus grands assureurs du Royaume-Uni annonce vouloir utiliser les données des utilisateurs de Facebook pour personnaliser ses tarifs en matière d’assurance automobile, révélait récemment le Guardian.

Admiral-20161102114153896.jpg

Le programme FirstCarQuote utilise les publications et les likes pour déterminer si ses assurés ont un profil consciencieux… en analysant leur manière d’écrire. Désormais, la fréquence avec laquelle vous utilisez des mots comme toujours, jamais ou peut-être peut donc avoir une incidence directe sur le montant de votre prime d’assurance. Ce programme expérimental est volontaire et peut permettre aux jeunes conducteurs auxquels il s’adresse de réduire leur prime d’assurance automobile de 350 livres par an.

Pour le spécialiste en éthique de la technologie Jathan Sadowski (@jathansadowski), l’internet des objets auquel s’intéressent activement les assureurs, nous réserve des moyens plus invasifs encore pour surveiller et contrôler nos comportements, explique-t-il dans une tribune pour le Guardian. Pour le cabinet de conseil AT Kearney, l’internet des objets va perturber les modèles d’assurance traditionnels, tout en ouvrant de nouvelles possibilités de croissance. Mais l’analyse des données ne va pas seulement permettre de faire baisser les primes d’assurance, rappelle Jathan Sadowski, elle va aussi permettre d’optimiser les prix. L’assurance est appelée à devenir le modèle d’affaires de l’internet des objets. Et les grandes sociétés technologies se sont déjà engouffré dans la brèche : Dell a ouvert un accélérateur dédié à l’assurance et Microsoft a initié un partenariat avec American Family Insurance pour lancer un programme d’incubation similaire.

Aujourd’hui, le compromis de la surveillance en échange de la commodité d’utilisation peut sembler assez innocent aux utilisateurs, mais à mesure que les assureurs vont augmenter leur accès à des dispositifs de surveillance, le deal risque de se modifier. Demain vos commandes d’aliments gras ou sucrés auront peut-être un impact sur votre prime, tout comme la manière dont vous freinez en voiture ou les heures où vous conduisez selon le trafic. Le charme des réductions de prime peut rapidement se transformer en désagréables pénalités une fois que les assureurs auront établi leurs modèles. Enfin, l’internet des objets permettra de facturer les clients avec plus de précisions. Mais que ces outils serviront surtout au secteur à augmenter ses revenus et rendements. Or, la personnalisation des tarifs risque au final de rendre les utilisateurs plus démunis pour comprendre les tarifs ou les contester. « Quand les industries aspirent avec enthousiasme à l’innovation, ce n’est pas parce qu’elles seront l’objet de la perturbation ».

Depuis, on a appris que Facebook venait d’interdire à Admiral d’utiliser ses données pour créer sa police d’assurance automobile sous le prétexte – vertueux – de la protection de la vie privée de ses utilisateurs, rapportent le Telegraph et Wired. Reste à savoir si c’est effectivement la bonne raison. L’année dernière, The Atlantic évoquait un brevet déposé par Facebook lui-même s’accordant le droit de faire ce type de traitement pour des tiers, comme les banques ou assurances.

MAJ : Alex Hern pour le Guardian, tire la même conclusion de cette histoire : « Si Facebook s’en prend ainsi à Admiral, c’est parce que la société a violé le droit exclusif de Facebook à être la seule société à utiliser ses données pour discriminer ».

source: http://www.internetactu.net/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s